Côte d’Ivoire : rien n’a filtré dans la rencontre du président Alassane Ouattara et ses prédécesseurs Laurent Gbagbo et Henri Konan Bédié

Par Laurent Sery, Correspondant de Brussels Information Press en Afrique de l’Ouest avec la collaboration de Ghislain Zobiyo

Abidjan, le 16 juillet (BIPMedia)

Le président en exercice de la Côte d’Ivoire, Alassane Dramane Ouattara a reçu deux de ses prédécesseurs Laurent Gbagbo (2000 – 2011) et Henri Konan Bédié (1993 – 1999) le 14 juillet dernier au palais présidentiel, pour un échange sur la situation socio-politique en Côte d’Ivoire. C’est la première fois depuis 2010 que ces trois dinosaures de la politique ivoirienne se retrouvent ensemble pour débattre des sujets qui préoccupent la vie des ivoiriens.

Cette rencontre est la concrétisation de l’une des recommandations du dialogue politique organisé en début d’année entre le gouvernement et les partis politiques. Elle envisageait que les « acteurs majeurs de la vie de la nation puissent se retrouver et échanger sur les grandes questions préoccupantes de la vie de la nation.

Rappelons aussi que cette rencontre s’est tenue dans un contexte socio-politique marquée par le conflit entre l’Ukraine et la Russie, avec des répercutions sur la vie économique et sociale dans certains pays d’Afrique qui entretiennent des échanges commerciaux avec l’Ukraine, pays fournisseur de céréales et bien d’autres produits agricoles. Tel semble être le cas de la Côte d’Ivoire, où le coût de la vie est devenue chère et où le prix de la plupart des denrées alimentaires a augmenté de façon fulgurante. Cette augmentation de la vie est par ailleurs dénoncée par la plupart des ivoiriens.

Bien que l’atmosphère fût conviviale lors de cette réunion pour tenter de décrisper le climat socio-politique, en atteste la déclaration du président Alassane Ouattara (80 ans) : « nous avons eu une très bonne séance de travail et nous sommes convenus que le benjamin Laurent (77 ans) va lire un document pour rendre compte de l’échange que nous venons d’avoir », rien n’a pu filtrer de la teneur des échanges, ou même des grands sujets abordés à huit clos.

« La rencontre de ce jour a été une rencontre de retrouvaille pour renouer le contact et échanger dans la vérité nos vues sur toutes ces grandes questions », a indiqué l’ancien président Laurent Gbagbo.

Le président de la République et ses deux prédécesseurs ont exprimé leur volonté de « faire de cette première rencontre un levain de la décrispation du climat socio politique », a expliqué Laurent Gbagbo.

Cette rencontre, bien qu’infructueuse sur les mesures urgentes et concrètes attendues par le peuple ivoirien au regard du coût élevé de la vie, est néanmoins un signal d’une amorce de dialogue entre les trois leaders de la politique ivoirienne, pour autant que ces rencontres se concrétisent par des mesures concrètes.  Rappelons à cet effet que la libération des prisonniers politiques avait été une requête du président Laurent Gbagbo lorsqu’il avait rencontré le président Alassane Ouattara en juillet 2021, après sa sortie de la longue détention de prison à la Haye au Pays-Bas (2012-2019 et son acquittement dans le procès de crimes contre l’humanité. Cette demande n’a pas été jusque-là satisfaite par le Chef de l’Etat ivoirien Alassane Ouattara.

Le Président Alassane Ouattara a toutefois  marqué sa volonté d’entretenir plus souvent ces rencontres avec ses prédécesseurs. « Nous aurons l’occasion de nous revoir régulièrement, en fonction de leur disponibilité », a-t-il précisé ajouté. Et chaque fois que mes prédécesseurs auront le temps de reprendre ces échanges je leur ferai appel pour recueillir leurs avis et leurs recommandations  ( …), a poursuivi le président Ouattara.

Cette réunion avait suscité beaucoup d’espoirs au sein de la population. L’absente d’actions, de mesures ni décision concrètes relatives aux sujets préoccupants la vie socio-politique et économique du peuple ivoirien est une occasion manquée, pour répondre aux besoins de la population, pour accélérer le processus de réconciliation avec la libération des prisonniers de la crise post-électorale de 2010 à titres d’exemples.

About Ghislain Zobiyo

Journalist Reporter and contributor to Xinhua News Agency in charge of the European institutions news and Belgian federal government news since 2018. Managing Director of Brussels Information Press Media and editor of the news website www.bipmedia.be. This site is dedicated to the news of the diaspora, to North-South cooperation of any kind in general and particularly between the European Union and the Organization of African, Caribbean and Pacific States, between the EU and the African Union. Brussels, capital of the European institutions and headquarters of NATO, is also at the heart of our current affairs. It is an exceptional and cosmopolitan city where more than 184 nationalities and cultures of the world live, meet and exchange. Our information site also gives a special place to the African culture.

Check Also

Les 27 États membres de l’UE trouvent à un accord pour limiter la flambée du coût de l’énergie

Par Ghislain Zobiyo BRUXELLES, le 21 Oct. (BIPMedia) Les 27 États membres de l’Union européenne …

2 comments

  1. Pourquoi un 14 juillet, une date, un symbole…???

    • Mr Calvin, c’est l’agenda du président de la République de Côte d’Ivoire. L’actualité et l’activité à travers le monde ne va quand même pas s’arrêter parce que c’est un jour symbolique pour la France. Là où le président Alassane Ouattara a manqué de marquer cette date, c’est l’absence d’actions et des mesures concrètes face au coût élevé de la vie dont la population ivoirienne est victime, et sur la question de la libération des prisonniers politiques qui croupissent dans les prisons à Abidjan, depuis la crise post-électorale de 2010. Merci pour votre réaction.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.