Le Parlement européen plaide pour une coopération commerciale plus équitable entre l’UE et l’Afrique

De Gauche à droite Saskia Bricmont et Kathleen Van Brempt (Photo © Parlement européen)

Dossier de la rédaction, rédigé Par Ghislain Zobiyo

BRUXELLES, le 29 Juin (BIPMedia)

S’orienter vers une coopération commerciale plus équitable entre l’Union européenne et l’Afrique, telle est la volonté exprimée par le Parlement européen dans son rapport adopté le 23 juin dernier, sur « l’Avenir des relations commerciales entre l’Union européenne et l’Afrique ». Ce rapport présenté le même jour de son adoption par Saskia Bricmont, parlementaire Ecolo, Groupe des Verts/ALE, et Kathleen Van Brempt, parlementaire Vooruit, Groupe de l’Alliance Progressiste des Socialistes et Démocrates, est avant tout un besoin de « redéfinir fondamentalement les relations avec l’Afrique, et de repartir sur de nouvelles bases, dans le sens d’un véritable partenariat d’égal à égal », ont fait savoir les deux parlementaires européennes belges.

Adopté à 463 voix pour, 43 contre et 81 abstentions, ce rapport qui a été élaboré par le Commission Commerce international du Parlement européen, s’inscrit dans le cadre des efforts conjoints UE-Afrique, qui visent à réaliser les objectifs de développement durables (ODD) des Nations Unies à l’horizon 2030, et à atteindre les objectifs de l’accord de Paris.

« l’Afrique est une priorité géographique essentielle de la nouvelle stratégie commerciale de l’UE », souligne le rapport. D’où l’importance d’un dialogue renforcé entre l’UE et l’Afrique, mais aussi un besoin de remodeler et de moderniser les relations commerciales et d’investissement entre les deux partenaires.

Ce rapport est redéfini sur la base de la réciprocité et un intérêt mutuel, a fait savoir Mme Van Brempt. La parlementaire a ainsi invité l’UE à « mettre fin au paternalisme et au néocolonialisme », qui caractérise les relations UE-Afrique depuis de longues années.

« On demande à travers ce rapport, des accords sur l’économie locale, l’intégration régionale, la diversification économique et la réalisation des ODD », a clamé Mme Bricmont. 

Dans cette détermination d’établir des relations commerciales plus justes, le rapport souligne, l’importance de créer une base industrielle et des infrastructures résilientes compétitives et solides en Afrique, comme le prévoit l’agenda 2063 de l’Union africaine, en vue de développer des chaînes de valeur résilientes et de transformer les matières premières à haute valeur ajoutée en Afrique.

« l’importance c’est d’avoir un soutien au déploiement d’infrastructures performantes, étant donné que c’est l’un des obstacles au développement de l’économie africaine avec de nombreuses régions qui restent enclavées, parce que insuffisamment connectées à l’économie régionale », a expliqué Mme Bricmont. 

D’autre part, il y a la nécessité de soutenir le déploiement d’infrastructures énergétiques, dans l’objectif de travailler sur la transition énergétique verte, avec un accent particulier sur les énergies renouvelables, et l’amélioration du réseau électrique. La troisième infrastructure, concerne le volet numérique et le fait de soutenir la révolution numérique en Afrique, a ajouté Mme Bricmont. 

Lors de sa 35ème session ordinaire, les chefs d’Etats et de gouvernement de l’UA ont décrété 2022, comme année de la nutrition africaine. Ce qui signifie  que chaque Etat membre consacre des moyens pour la sécurité alimentaire.  Cette sécurité alimentaire est mise à rude épreuve suite au conflit russo-ukrainien. Dès lors, « L’enjeu commun est de soutenir le déploiement de l’agriculture, de l’Agro-écologie et la diversification au sein des pays africains, sachant que c’est un continent qui a tout pour produire suffisamment de nourriture pour sa population », a soutenu Mme Bricmont. L’UE peut agir en soutenant les agriculteurs, les petites exploitations et assurer aussi le respect du droit des agriculteurs, des agricultrices en luttant contre l’accaparement des terres, a relevé Mme Bricmont.

Toujours dans cette dynamique d’établir une relation commerciale équitable, y compris dans le cadre des accords de partenariat économique et d’accord commerciaux, il est important d’aider les producteurs africains à relever les normes de production pour leur permettre de satisfaire aux exigences du marché européen.

Bâtir une nouvelle base de partenariat économique avec l’Afrique fondée sur des conditions de concurrences équitables va dans le sens d’une relation commerciale plus juste, indique également le rapport. 

Mme Van Brempt a appelé l’UE, à soutenir réellement les accords de libre-échange avec le continent africain . « Cela signifie également que nous redéfinissons les Accords de partenariats économiques (APE) et les accords d’association, que nous les considérons d’une autre manière, et que nous les traitons sur un pied d’égalité, a-t-elle poursuivi.

Faisant observer que les exportations de l’UE vers les Etats de l’APE ont été préjudiciables à la production locale, en particulier dans le secteur agricole, et regrettant que les objectifs importants de l’APE tels que la diversification des chaines de valeur et l’intégration régionale en Afrique n’aient pas été atteints,  le PE réitère son appel en faveur d’une analyse approfondie de l’incidence des APE sur les économies locales, sur l’intégration régionale, sur la diversification économique et sur les ODD, préalablement à la négociation de nouveaux APE. 

Le PE plaide ainsi en faveur d’une modernisation des APE par l’ajout de chapitres ambitieux, contraignants et exécutoires relatifs au commerce et au développement durable, qui soient conformes à l’accord de Paris.

le Parlement européen appelle la Commission européenne à promouvoir les investissements durables en Afrique, afin d’évoluer vers une économie décarbonnée, conformément à son engagement au titre du pacte de Glasgow pour le climat. 

Le Parlement européen (PE) invite instamment la Commission européenne et la Banque européenne d’investissement, à élaborer un système de micro-crédit efficace et facilement accessible. 

L’Afrique perd chaque année environ 88,6 milliards de dollars en raison de la fuite de capitaux, ce qui équivaut à 3,7% du PIB du continent, indique le rapport. Le PE demande à l’UE, d’accroître son soutien aux pays africains et à l’UA dans la lutte contre les flux financiers illicites et la fraude fiscale,  « notamment ceux qui sont causés par les groupes européens », a précisé Mme Bricmont. 

« Plusieurs des étapes sont encore à franchir pour que nous y parvenions à ce partenariat entre égaux », avait déclaré le président de la République de Zambie, Hakainde Hichilema, lors de son allocution au Parlement européen le 23 juin dernier. 

L’une de ces étapes concerne l’industrialisation de l’Afrique. « C’est le noeud du problème actuellement. Si on veut construire une relation d’égal à égal c’est aussi un être à l’écoute du partenaire avec lequel on négocie, et de pouvoir entendre quelles sont les besoins et les attentes, et les terrains sur lesquels nous pouvons collaborer et travailler en partenariat pour que le bénéfice soit mutuel », a réagi Mme Bricmont à une question posée par BIPMedia.  

Ces besoins du continent africain, c’est aussi « la possibilité de transformer ses matières premières, de produire ses propres vaccins à travers le transfert de technologie et de ne pas dépendre uniquement des entreprises pharmaceutiques étrangères », a soutenu Mme Van Brempt. «  je pense qu’à l’avenir, nous devrons également repenser complètement la manière dont nous considérons les droits de propriété intellectuelle en cas de pandémie ».

Le rapport appelle enfin l’UE à soutenir des relations commerciales « éthiques et durables » avec l’Afrique, pour un meilleur respect du pacte vert européen, un meilleur suivi des minerais provenant de zones de conflit et des produits associés à la déforestation, et des recommandations relatives au devoir de diligence.

About Ghislain Zobiyo

Journalist Reporter and contributor to Xinhua News Agency in charge of the European institutions news and Belgian federal government news since 2018. Managing Director of Brussels Information Press Media and editor of the news website www.bipmedia.be. This site is dedicated to the news of the diaspora, to North-South cooperation of any kind in general and particularly between the European Union and the Organization of African, Caribbean and Pacific States, between the EU and the African Union. Brussels, capital of the European institutions and headquarters of NATO, is also at the heart of our current affairs. It is an exceptional and cosmopolitan city where more than 184 nationalities and cultures of the world live, meet and exchange. Our information site also gives a special place to the African culture.

Check Also

La Belgique célèbre sa fête nationale avec un défilé militaire et civil inédit ce 21 juillet

BRUXELLES, le 21 Juillet (BIPMedia)  Sa Majesté le roi Philippe de Belgique  la grande famille …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.